Le blog de voyage – eDreams icon
Le blog de voyage – eDreams
  •   2 min. de lecture

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi certaines personnes étaient toujours prêtes à grimper dans un avion pour découvrir une nouvelle partie du monde alors que d’autres n’imaginaient même pas quitter leur ville de naissance ?

Nous oui.

Si nous sommes plutôt du genre à poser toutes nos vacances pour pouvoir voyager, nous avons également tous des amis pour qui le voyage n’est absolument pas une partie de plaisir et qui préfèrent mille fois passer du temps avec leur famille et leurs amis, chez eux, plutôt que de partir dans un pays inconnu. Et c’est très bien comme ça. Loin de nous l’idée de juger une tendance ou l’autre, simplement l’envie de comprendre ce qui pousse certaines personnes à l’aventure.

On avait bien entendu parler de l’expression anglaise « travel bug », selon laquelle la petite bête du voyage piquerait certaines personnes et leur transmettrait le goût du voyage. Mais cette explication ne nous convenait pas vraiment… Alors quand on a appris qu’il existait réellement un « gène du voyage », il a fallu en savoir plus !

Si vous aussi vous voulez en savoir plus sur l’existence de ce gène, suivez nous !

wanderlust
Source : Flickr (by Anne Marthe Widvey)

Qu’est-ce que le gène DRD4-7R ? 

La reconnaissance du « gène du voyage » remonte à 1999, lorsque des chercheurs de l’UC Irvine ont découvert que les personnes porteuses du gène DRD4 avaient tendance à migrer davantage et étaient plus aventureuses que les autres. Plus précisément, ce gène était particulièrement chez les populations ayant connu de grandes vagues de migration et notamment à partir du continent africain.

Le gène DRD4 est lié au niveau de dopamine dans le cerveau, et influe donc directement sur le comportement et la motivation des individus. La mutation de ce gène, DRD4-7R, portée par seulement 20% de la population mondiale, est, elle, liée à la curiosité et à l’impatience.

Une autre étude réalisée par David Dobbs de National Geographic montre qu’en plus de ces traits de caractères liés au gène DRD4-7R, les populations porteuses seraient plus attirées par le risque, l’exploration, la découverte, qu’il s’agisse d’idées nouvelles, de pays, de cuisine ou même d’opportunités sexuelles.

Cependant, ce gène n’est pas uniquement posifit. En effet selon l’étude de Garret LoPorto du Huffington Post, les individus porteurs de la mutation génétique DRD4-7R se rapprocheraient des comportements néandertaliens et seraient de manière générale incontrôlables…

paper plane

Les voyageurs possèdent-ils tous le gène du voyage ? 

Evidemment, la présence du « gène du voyage » ne suffit pas à faire de nous des explorateurs. Les vrais globe-trotteurs ont également une véritable passion pour le voyage et cette passion peut découler de nombreux facteurs, y compris l’influence familiale, sociale ou l’expérience durant l’enfance.

Kenneth Kidd de l’université de Yale doute même carrément de cette explication qu’il juge trop simpliste. En effet, pour lui « on ne peut pas résumer l’exploration humaine à la présence d’un gène ».

Et vous, pourquoi voyagez-vous ? Pensez-vous que le voyage soit inscrit dans vos gènes ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous