Le blog de voyage – eDreams icon
Le blog de voyage – eDreams
  •   3 min. de lecture

Photo CabiedesActionnaire et conseiller d’Europa Press. Un des premiers « business angel » d’Espagne. Investisseur privé dans les startups technologiques. Participant dans les phases initiales de plusieurs projets d’entreprise emblématiques de l’ère du « pointcom » en Espagne et d’autres projets sortis du four comme www.bankima.com. Et un nombre incalculable d’autres projets… Mais Luis Martín Cabiedes a du temps pour tout. Il fait une pause pendant son voyage et nous invite à naviguer avec lui dans la mer de ses voyages et de ses loisirs…

Votre vie paraît très vertigineuse et occupée. Avez-vous du temps pour voyager et déconnecter de temps en temps?
Il est vrai que mon travail d’investisseur est très intense à certains moments, mais j’ai l’avantage de me donner une grande flexibilité dans l’organisation de mon temps, donc oui, je réussis à m’échapper quelques semaines chaque année.

Vous aimez le golf… Où avez-vous fait votre meilleur swing?
Aaah le golf… je l’ai abandonné… Une fois j’ai fait un trou dans le champ de Marbella. Mon meilleur coup sans aucun doute, mais… c’est par pure chance !

La voile est une autre de vos passions… Seriez-vous capable de passer plusieurs semaines « perdu » en pleine mer?
C’est vrai que je consacre beaucoup de temps à la voile… tout mon temps et toujours plus… Mais ce que j’aime le plus sont les régates et la navigation de jour avec ma femme. Il est rare que je fasse de longues traversées. Bien que je sois capable de me perdre plusieurs semaines chaque année, et je le fais! Mais en dormant dans un hôtel au chaud et au sec la nuit, et navigant « sportivement » la journée…

Les références et les recommandations sont toujours importantes… Vous-a-t-on déjà recommandé un lieu de vacances qui vous a conquis?
Mes voyages ont toujours été organisés autour de mes loisirs, et j’écoute toujours les recommandations que l’on me fait, mais c’est vrai que pour qu’un lieu de vacances me fascine, c’est plutôt facile : la mer, du vent et du soleil… Et pour ça il ne faut pas aller très loin!

Quand vous choisissez une destination ou que vous préparez votre voyage, utilisez-vous les nouvelles technologies, comme par exemple l’iPhone ou l’iPad, pour tout avoir sous contrôle?
Quand je pars en vacances j’essaie que mes appareils prennent aussi des vacances. Je les utilise juste ce qu’il faut ! Le bateau contient déjà assez d’électronique et de technologie.

Avec votre type de travail, vous devez beaucoup voyager… Qu’est ce que vous ne pourriez jamais oublier dans votre valise?
Je vis avec un sac à dos dans lequel j’ai deux sacs remplis de choses que j’ai besoin d’avoir avec moi. Un téléphone, un Mac-Air, un iPod, un livre et mille câbles. Avec ça, un visa, une carte d’identité, j’improvise souvent mes voyages et je pars sans passer par chez moi… On peut toujours acheter ce dont on a besoin sur le chemin!

Avez-vous déjà raté un vol pour lequel vous alliez signer un grand contrat?
Oui, mais je dois avouer que je l’ai fait exprès. C’était une bonne excuse pour profiter d’une circonstance déterminée. Normalement quand je dois partir pour signer ou pour quelque chose d’important, j’y vais la veille.

Vous considérez-vous comme une personne intuitive qui sait quels projets vont réussir?
Pas du tout.  Après 15 ans de vente de projets, quand on m’en présente un nouveau, je continue à ne pas me fier à mon intuition… J’ai échoué tellement de fois! Ma première intuition avec Privalia m’a fait dire que jamais ça ne fonctionnerait. Avec Troovit, je n’ai même pas eu d’intuitions car je ne comprenais pas ce qu’ils faisaient… Les Dieux ne m’ont pas donné l’intuition donc je dois me conformer à l’analyse.

Est-il vrai que dans le monde des affaires comme dans la vie il ne faut jamais dire « jamais »?
Sans aucun doute. Et encore plus dans mon monde, l’investissement dans les startups technologiques, où il y a tant d’incertitude et tant de changements. Comme les bons marins il faut toujours être attentif aux rôles du vent et être prêt à changer de bord.

Il y a-t-il des projets d’entreprise que vous n’appuierez jamais?
Seulement quelques uns qui me paraissent peu éthiques. Ethique au sens large, il ne s’agit pas de choses morales, en majuscules, mais seulement des choses « qui ne me vont pas ».

Nous sommes dans une bonne période pour les affaires sur internet. Vous investirez dans un projet en relation avec le tourisme à travers Internet?
Bien sûr! Mais il faut que ce soit un modèle d’affaires différent. Dans tous les modèles traditionnels, vente de billets et d’hôtels, je crois que tout le poisson a été vendu, et il est très difficile pour un entrepreneur de se faire une place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous